Histoire et définition de l’ostéopathie

En quelques mots…

L’Ostéopathie est une médecine manuelle (pas de médicament, pas d’injection, pas de machine, pas d’appareillage). L’Ostéopathe s’intéresse au corps dans son intégralité, pas seulement à la zone qui vous fait souffrir. Le but de cette approche est de comprendre les raisons pour lesquelles la zone douloureuse l’est devenue. Par exemple, pour un poignet qui fait mal, peut être que cela est engendré par une épaule qui fonctionne moins bien, qui a perdu de la mobilité, et qui demande donc aux articulations du poignet plus d’effort, pour compenser. L’Ostéopathe cherchera donc à rétablir le bon fonctionnement de cette épaule.

 

En détails…

L’Ostéopathie est née le 22 Juin 1874, dans l’Amérique des pionniers. Andrew Taylor Still (1828-1917), son fondateur, se sentait en rupture avec la médecine de l’époque. Il avait vécu les horreurs de la Guerre de Sécession et vu trois de ses enfants mourir de méningite cérébro-spinale. C’est ce qui le fit douter des théories médicales en vigueur. Il développa alors une approche sur “l’individu entier” et créa, en 1892, la première école d’ostéopathie au monde, l’Ecole américaine d’ostéopathie de Kirksville, dans le Missouri.

Andrew Taylor Still

L’ostéopathie tire son origine étymologique des mots grecs « osteon » qui veut dire la cause, la base et de « pathein » signifiant la souffrance. Ceci traduit bien le principe de base d’un traitement ostéopathique qui repose sur la recherche de la cause de la perturbation des fonctions du patient et ce, sans se laisser détourner par les effets et/ou symptômes de la maladie.

L’ostéopathe considère que l’organisme possède en son sein ses propres forces curatives dont le praticien se sert pour son traitement, celui-ci ayant pour but d’aider l’organisme à utiliser cette capacité d’auto-guérison.

L’approche “individu entier” donne à l’ostéopathe une vision très globale du corps, une vision holistique. Il prend en compte l’individu dans son intégralité et s’intéresse aussi à ses antécédents, son environnement et ses habitudes de vie (activités, hygiène alimentaire, …).

Je vous propose ci-dessous deux définitions de l’ostéopathie, l’une donnée par l’un de ses acteurs fondateurs, l’autre plus actuelle établie par la Fédération Française d’Ostéopathie (FFO).

John Martin Littlejohn (1865-1947), fondateur de la « British School of Osteopathy » (BSO), première école créée en Angleterre, définit, avec Andrew Taylor Still, l’ostéopathie comme « la science ou système de guérison qui met l’accent sur le diagnostic des maladies par des méthodes physiques avec l’objectif de découvrir, non pas les symptômes, mais les causes de la maladie, en connexion avec les déplacements des tissus, l’obstruction des fluides et de ce qui interfère avec les ressources et les forces nutritives de l’organisme» (The Journal of the Science of Osteopathy, 1900).

Dans le cadre du « Référentiel Métier Ostéopathe », la FFO précise que «L’ostéopathie consiste, dans une compréhension globale du patient, à prévenir, diagnostiquer et traiter manuellement les dysfonctions de la mobilité des tissus du corps humain susceptibles d’en altérer l’état de santé» (Tardif, 2012).

Ainsi, l’ostéopathie est une thérapie exclusivement manuelle destinée à aider l’organisme à conserver ou à retrouver un fonctionnement optimal. L’ostéopathe ne s’arrête pas au symptôme, à la plainte, mais va vraiment rechercher la cause de la douleur ou du dysfonctionnement. C’est pour cela que, lors de l’entretien, il vous posera de nombreuses questions sur votre plainte mais également sur ce que vous avez pu vivre avant (opérations chirurgicales, traumatismes, maladies, etc). Lors de la période de tests, l’ostéopathe fera un bilan complet du corps et ne s’arrêtera pas uniquement à la zone qui vous fait souffrir, toujours dans l’objectif de trouver la cause de la dysfonction.

L’ostéopathie ne cherche pas à affranchir les patients du système médical actuel mais plutôt à leur proposer une médecine complémentaire des médecines conventionnelles, personnalisée et plus proche des modes naturels de fonctionnement.